Cinéma à Rambouillet : l'interminable attente

En 2019, la Ville de Rambouillet vend les murs et le terrain du cinéma Vox à la SNCR (Société Nouvelle des Cinémas de Rambouillet) d’une superficie d’environ 1 120 m² qui va cependant à l'encontre du projet initial (la ville, propriétaire du foncier, prenant en charge la construction et l’exploitant l’aménagement du fonds de commerce devenant ainsi locataire).

La ville a demandé, à ce que soit inscrit dans la promesse de vente, que le bien sera dévolu à l’activité de cinéma sur une période de vingt ans, correspondant à la durée des prêts.

L’acquéreur prend l'engagement de construire dans un délai de quatre ans à compter de ce jour (démolition et reconstruction) d'un nouveau complexe cinématographique (5 salles). Il déclare vouloir garder le label Art et essai obtenu chaque année par le travail régulier de l'équipe des Vrais instants de l’image.

Il s'oblige à justifier, au plus tard dans les trois mois suivant l'expiration du délai de quatre ans, ou de la prorogation éventuelle dont il aurait pu bénéficier, de l'exécution des travaux et de la destination des locaux construits.

Octobre 2021 : démolition.
Février 2022 : rien n’a bougé.

La société SNCR est-elle désengagée du projet ?  Comment la ville peut garantir aujourd'hui qu'un promoteur ne va pas construire un immeuble (maintenant que les terrains ne lui appartiennent plus ?).

Dans ses déclaration du début de l'année, la mairie se dit attentive à cette situation et suivre les évolutions mais doute de la viabilité d'un cinéma. Cependant, nous nous félicitons que, face à l'interrogation de nombreux habitants, la mairie déclare en février vouloir un cinéma et suivre le dossier. D'autant plus que des subventions prévues lors l'ancien projet sont toujours en attente.

Devant de nombreuses interventions d'habitants, début mars, la mairie donne des informations : l'acquéreur des terrains vendus par la mairie déclare forfait sur le futur cinéma. La mairie portera donc le projet en centre ville. Pour ceci, elle attend les analyses du Centre national du cinéma et de la Direction des affaires culturelles. Gérard Larcher a décider d'aider la mairie en contactant la Banque des territoires pourobtenir  une aide.
La mairie rachèterait donc le foncier qu'elle avait vendu deux ans auparavant.

Lors du conseil municipal du 13 avril 2022, la mairie a déclarer qu'après avoir pris conseils auprès de la Direction régionale des affaires culturelles pour un accompagnement, du Centre national du cinéma, du cabinet conseil Ciné-conseil. L’opportunité et la viabilité du projet sont donc en cours d’analyse. La Municipalité se dit  attentive aux préconisations qui lui seront faites et envisagera alors, des évolutions pour le projet. Consciente de l’intérêt de proposer une offre cinématographique dans la ville et l’état financier de la ville étant favorable, la Municipalité envisage d’apporter une aide financière à la reconstruction du cinéma en lieu et place du précédent. 

En attendant, la Mairie souhaite étudier une possibilité pour des projections à La Lanterne. Cette offre partielle, qui ne devra pas déstabiliser la cohérence de la programmation des spectacles du pôle culturel, est conditionnée à la validation du CNC. Cette alternative provisoire est en cours de réflexion.

Selon l'arrivée des informations, nous vous informerons de la suite de l'évolution de ce projet.

Image
Façade arrière du projet 2020 abandonné.
Image
Le projet 2020 abandonné.
Image

L'ancien cinéma détruit,
le trou béant,
est en attente d'une renaissance.

Image